« On produit encore du textile en France ? »
Anonyme XXI° siècle

Textile

Quel monde vaste que celui du textile. Mode, géo-textiles, textiles techniques, textiles innovants…

Tout le monde connaît le mot textile mais principalement pour s’habiller chaque jour. Notre spécialité est le textile professionnel, celui qui va habiller tous les risques des métiers que vous faîtes. Très souvent, on assimile vite textile professionnel avec les métiers les plus risqués au cœur des centrales nucléaire ou les lignards haut perchés sous des dizaines de milliers de volts. En réalité, ces personnes sont peu nombreuses. On associe moins facilement l’hôtesse de caisse dont la veste doit toujours être de la même couleur, défroissée malgré les lavages répétés. On oublie les conducteurs de bus qui se frottent tous les jours à des sièges abrasifs qui abiment leurs vêtements. Tous ces besoins, nous les couvrons.

Notre activité textile est surtout toute une « histoire ».

Depuis 1986 et par choix historique, nous privilégions à 100% les savoir faires locaux, français de préférence et Européen en deuxième lieu. Mais c’est aussi un choix responsable que d’avoir une chaîne de production proche, extrêmement qualitative, sûre, flexible et fiable à 100%. C’est aussi l’économie de transport, le choix de ne pas exploiter la misère de certains pays, d’avoir un impact sur notre environnement ce qui nous permet d’avoir aujourd’hui accédé aux certifications sociétales les plus exigeantes.

Quel que soit le fournisseur que nous sélectionnons, il doit être Européen et avoir dans ses gammes des produits complémentaires aux autres fournisseurs que nous avons. Il doit aussi pouvoir nous apporter une garantie de technicité et de satisfaction client dans le temps. 

Le textile dit « technique » c’est avant tout un tissu qui doit changer le moins possible dans le temps.

Il doit passer des dizaines de lavages répétés, ne pas changer d’aspect, de couleur, être confortable. Il doit assurer un maximum de transfert d’humidité. Depuis des décennies, il ne doit plus être impérativement en Coton, la fibre dite « naturelle » par excellence.

Le saviez-vous ? Le coton représente 2.5% des cultures mondiales et 22% de l’utilisation mondiale de pesticides et plus de 10% des pesticides utilisés dans l’agriculture seule. Le coton, dont un plan est à maturité entre 5 & 10 ans mobilise pour 1 kg de coton 29.000 litres d’eau pour son irrigation. En comparaison, un kilo de blé ne consomme que 900 litres d’eau. Pendant sa préparation à être utilisé en vêtement, il aura besoin de connaître 30 traitements chimiques par an, 167 pesticides différents dont plusieurs sont mortels pour l’Homme. L’OMS décompte pas moins de 22.000 morts chaque année dans les rangs des travailleurs du coton (1 million de personnes travaillent dans cette industrie). Le coton n’en reste pas moins une fibre extrêmement agréable à porter. Dans le monde textile, ses limites sont connues. Le colorant n’est jamais fixé correctement – ou tout du moins pas à long terme – et sa décoloration inévitable. Comme c’est une fibre vivante, elle est instable en termes de stabilité dimensionnelle (il rétrécit tout au long de sa vie). Contrairement à bien des idées reçues, il le pire ennemi du feu en générant son propre oxygène pour brûler faisant ce qu’on appelle « une torche ». Et pourtant, il reste la référence pour beaucoup d’utilisation et c’est pour ça que le textile professionnel l’utilise en ajout d’autres fibres quand l’utilisation le permet.

Pour répondre aux besoins professionnels et éviter d’aggraver ce gâchis environnemental, l’Homme a développé des fibres dites « de synthèse ».

Encore une fois, selon bien des idées reçues, certaines fibres – de piètre qualité – ont souvent fait parler d’elles pour des irritations cutanées. Ces fibres de synthèse ont donc mauvaise presse mais certaines de ces fibres sauvent des vies. Certaines permettent d’arrêter les balles dans les gilets pare balles, d’autres que les combattants du feu peuvent utiliser pour leurs tenues de protection. On parle alors d’EPI « Equipement de Protection Individuelle ». D’autres, plus récentes, utilisent l’extraction d’une fibre d’Eucalyptus sans l’adjonction d’un seul produit chimique… Notre spécialité est donc de guider les clients dans la sélection de la bonne fibre pour le bon besoin et la juste protection. 

Notre métier veut que nous puissions accompagner nos clients pendant des années tout en les déchargeant de leur problématique textile.

Dans notre métier, le but avoué et assumé n’est clairement pas d’effectuer de ravageuses économies d’échelles à court terme mais bien d’inscrire le vêtement professionnel comme une vraie démarche à long terme dans les entreprises. A la grande surprise de bien de nos interlocuteurs, ils ont même fait de très sérieuses économies d’échelles.

« Nos experts textiles permettent à nos clients de faire des économies substantielles tout en achetant des textiles de qualité ». Igor Fosseux